Missionnaires d’Afrique : revisiter la mission !

L'exposé du P. Norbert Mwishabongo, publié dans la revue "Mission Universelle", est un état des lieux de la situation et une description de la vision actuelle du rôle des Missionnaires d'Afrique en France et, plus largement..., hors d'Afrique. 

Norbert Mwishabongo, missionnaire d’Afrique (société couramment connue sous le nom de Père blanc), est originaire du Congo RD. Il est actuellement prêtre en France, chargé de l’animation missionnaire et vocationnelle. Il nous expose ici la manière qu’ont les Missionnaires d’Afrique d’envisager leur rôle en France, pays de mission comme un autre. Ce que le mot mission signifie aujourd’hui. Une fois qu’on a abandonné l’idée ancienne qui assimilait mission à pays exotiques. Une nouvelle manière de comprendre le document Ad Gentes.

 

Norbert, Père Blanc

Norbert, Père Blanc

 

La Société des Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs) a été fondée en 1868 à Alger par le cardinal Charles Lavigerie. Elle compte actuellement 1232 membres. Elle est une Société de vie apostolique composée de prêtres et de frères animés d’un esprit de famille, envoyés au monde africain et là où son charisme est sollicité pour une mission prophétique de rencontre et de témoignage de l’amour de Dieu.

Le chapitre général, instance suprême de gouvernement, se réunit tous les six ans. Le dernier a eu lieu en 2016. Les grandes orientations furent les suivantes : la spiritualité, la vie communautaire, la mission, la formation, le gouvernement, structures et personnel, les finances et enfin, vers le 150ème anniversaire de la fondation.

Ce chapitre a élu un nouveau Supérieur général. Il s’appelle Stanley LUBUNGO, originaire de Zambie. Il remplace le ghanéen Richard BAAWOBR aujourd’hui évêque du diocèse de Wa au Ghana. Le père Stanley est donc le deuxième Supérieur général provenant d’Afrique.

Combien y a-t-il de Missionnaires d’Afrique en France ?

Ils sont 169 dont 16 de diverses nationalités : Allemagne, Burkina Faso, Ghana, Luxembourg, RD Congo et Suisse. Les autres sont français. La moitié d’entre eux vivent en maison de retraite.

Pour lire la suite, cliquer sur le lien :

Revisiter la mission