Retour en cliniques...

DSC_0568bP. Norbert à sa table de travail. On remarque l'abondance de perfusions...

Reprenant son long et pénible parcours -un moment interrompu- pour recouvrer au mieux santé et mobilité, le P. Norbert nous envoie cette page de réflexions et quelques photos de cette nouvelle étape. Les maîtres-mots restent confiance et espérance.

 

DSC_0571a

Chers amis et amies paix et espérance,

C’est de l’hôpital que j’ai commencé ce partage et c’est de la clinique où je suis depuis Jeudi 02 mai, que je le finis, avec une pensée particulière à Mehdi AMROUCHE un jeune Algérien qui a eu une prothèse de hanche droite et qui était mon voisin de lit dans la chambre à l’hôpital, sa famille : papa, maman et son frère qui espèrent voir leur fils guérir et bien marcher sur ses deux jambes après 19 ans de souffrance et infection osseuse suite à une mauvaise prise en charge médicale en Algérie, et au père Baudouin WATERKEYN qui, venant du pèlerinage à Lourde, a raté sa connexion de train Paris-Bruxelles. Ce fait lui a permis de me rendre visite dans mon lit d’opéré à l’hôpital. Une rencontre pleine de souvenirs des retrouvailles, des rappels d’opérations chirurgicales, d’espérance pour demain. 

La triple opération du 18/04/2013 a bien réussi. La radio postopératoire le montre. J’ai eu une chair de poule à la vue de la radio postopératoire : une plaque métallique sur tout le fémur du haut en bas, relie les deux parties de mon fémur gauche. (C’est le travail d’un bon charpentier, menuisier, …, que le chirurgien orthopédiste a réalisé du genou à la hanche). Cette plaque maintient droit les deux parties du fémur entre lesquelles une vis métallique est posée. Un nombre de vis  pour attacher la plaque, les deux parties et la vis entre les deux morceaux du fémur afin de faire un tout.

Je ne peux que me réjouir de cette première triple opération qui semble bien partie. Laissons le temps au temps pour apprécier sa bonne réussite. De toute façon, elle n’est que la première partie d’un travail de menuiserie qui ne fait que commencer.

A présent, je suis dans une clinique, loin de l’hôpital, pour le séjour de la rééducation physiologique qui prendra le temps qu’il faut pour la consolidation de l’os fémoral, du genou et de la hanche, avant la deuxième intervention chirurgicale selon la date que le chirurgien fixera.

Après quelques jours des douleurs intenses et cela malgré la morphine qui avait été enlevée au 4ème jour, je ne souffre plus beaucoup. Mon rythme de sommeil est encore perturbé, mais n’empêche, je réussis quand même d’avoir de moment de repos. Mises à part les séances de kiné pour la mobilité du genou et de la hanche ; je fais aussi de la marche avec les béquilles (cannes anglaises) sans poser la jambe gauche par terre ni s’appuyer sur. C’est seulement au but du 3ème mois après l’opération que je pourrai poser la jambe et m’appuyer légèrement sur.

 

DSC_0580aVisite du P. Baudouin Waterkeyn 

Selon mon chirurgien, il me faudra deux ans pleins avant d’avoir son feu-vert pour une pleine activité sachant que je récupérerai de 70 à 80% de mobilité. Oui, deux ans parsemés par des radios, contrôles, rééducation, consolidation de la hanche, du genou et du fémur. Deux ans, le temps qu'il faut, pour que l'enfant fémur ‘avec ses deux points de fonctionnement : genou et hanche’, soit jugé digne de force et solidité pour affronter la vie avec ses activités et mouvements, etc.

En ce 6ème Dimanche de Pâques, nous sommes invités à méditer sur l’amour et notre fidélité à la Porale. Dans cette invitation, le Christ qui nous promet l’Esprit Saint, nous laisse la paix, il nous donne sa paix non à la manière du monde, martèle t-il. C’est donc une paix pascale que le Christ nous donne, une paix qui implique la présence de la croix dans la vie du disciple.

La paix : je prie en ce 6ème dimanche de Pâques, pour la paix, la paix pour tout le genre humain et je pense d’une manière particulière :

- A mon pays la RDC qui, depuis des décennies, connaît des massacres, tueries, viols, pillages des ressources naturelles, mouvement dense des réfugiés fuyant la guerre, les milices armées, les invasions, les rebelles, etc.

- A la relation Israélo-palestinienne (Est-ce que la normalisation de cette relation ne résoudra pas beaucoup de problèmes dans cette région du monde ?)

- Au Mali, au Nigéria, à la Syrie, etc.