Nouvelles du Père Norbert MUKWANGA

 

 

Johannesburg, le 23 Septembre 2011

Cela fait un certain bout de temps depuis mon dernier partage sur l'évolution de ma santé ici a Johannesburg, Afrique du Sud. Je tiens à te rassurer que cela n'est pas volontaire mais dû au rythme de mes rendez-vous et traitements médicaux. J'avoue aussi que mon accès au net est très très limité. Voici quelques-unes de mes nouvelles : 

Mediclinic SandtonDu 19/08 au 25/09, j'ai passé une série d'analyses médicales (radio, échographie, IRM) dans l'hôpital Sandton MediClinic étant suivi par docteur Charles Van Heeden, spécialiste en Neurologie. Ceci était plus dans le sens de savoir si mes douleurs étaient d'origine neurologique. A la fin de ces analyses, le docteur avait simplement conclu : "Je ne peux aider le malade. Sa maladie n'est pas du domaine des nerfs. Je lui recommande de voir un neuro-Chirurgien pour savoir l'origine de ses douleurs..." 

Le 26/09 avec le frère René, nous sommes partis à l'hôpital Bedford Garden rencontrer le docteur recommandé : le docteur Percy Miller, spécialiste en Neuro-Chirurgie. Après une heure et demie de consultation, je sors du cabinet du docteur avec trois ordonnances : - bilan de sang, - un scanner nucléaire,- 4 IRM et 3 scanners spéciaux à faire d'urgence le jour suivant. Ne pouvant pas faire toutes ces analyses le 27/09, j'ai seulement fait le 27, le bilan du sang et le scanner nucléaire. Le 28, j'ai alors fait les autre 7 analyses qui à elles seules ont coûté presque 40.000 Rands soit 5.333,33 dollars américains. (1$ = 7.5R).

Le lundi 03/10, rendez-vous avec le docteur. Révélation des résultats des analyses. Pour l'épaule, le problème est trouvé. Pour le dos et la hanche il fallait encore une précision d'où, une autre analyse IRM - prix : 11.250 R soit 1.500 $.

Mercredi 05/10, analyse IRM du dos et de la hanche.

Samedi 08/10, rendez-vous avec le docteur. Révélation des résultats. Finalement le problème du dos et de la hanche est trouvé, la décision est maintenant claire, le traitement peut commencer.

De quoi je souffre alors et quelles sont les solutions?

A. Les douleurs de l'épaule : Il s'agit de la dislocation de l'épaule et de l'enflement des muscles de l'épaule gauche. L'origine doit être un accident. Peut-être en 2008 à Nairobi lors d'un match de foot contre les Spiritains ? Solution possible : opération ou traitement médical. Le docteur a donc opté pour un traitement médical dans un premier temps. Si cela ne répond pas, l'opération sera alors nécessaire. J'ai déjà eu 2 piqûres et toute une bonne quantité de comprimés et capsules. Bonne évolution. Les douleurs ont à 75% diminué. A présent, je puis avec un peu d'effort, tourner mon bras gauche vers le dos et le soulever. Je peux enfin dormir du côté gauche. Ouf ! 

B. Douleurs au dos et à la hanche : toute une petite liste d'histoire, problème disque, une diminution de l'espace du disque vertébral L5/S1, arthrose et atrophie du ligament au niveau du L4/L5 et L5/S1. Solution : Opération. Mais, je suis encore très jeune. 35 ans. Cela complique l'histoire car je suis encore en âge de croissance. Cette opération intervient à l'âge de 60 ans, sinon 55. Le docteur m'a donc expliqué qu'il est catégoriquement impossible de faire cette opération vu mon âge et me recommande impérativement de ne pas faire cette opération car elle pourrait être à l'origine d'une suite d'opérations tous les 2 à 3 ans. Tout en m'assurant qu'il fera de son mieux pour soigner ces problèmes, il m'assure déjà que cela ne sera pas une solution définitive et que les douleurs diminueront mais ne disparaîtront pas totalement.

J'ai déjà subi 2 piqûres dans le disque et un paquet de médicaments et capsules tous les jours. A présent, un léger changement mais à 75%, les douleurs sont encore là. Vendredi 21/10, il m'a recommande le port de la grande ceinture (support dos avec métal) pendant tout le temps sauf dans la douche et au lit. Il m'a alors révélé qu'il me reste encore deux à trois semaines ici avant de me permettre de rentrer au Congo. Je dois revenir le voir 3 à 4 mois après. Pendant ce temps, j'aurai à prendre tous les jours des comprimés. (Le frère René demande si possible de voir comment arranger mon assurance EMI pour me mettre en catégorie 1 afin de me couvrir médicalement ici en Afrique du Sud. Les soins médicaux coûtent très cher ici. Il écrira certainement pour formuler cette demande à qui de droit. Il me demande de le mentionner déjà dans ce partage.)

Je ne suis pas hospitalisé, ce qui diminue le coût de la facture médicale. Je suis un patient externe qui fait des va-et-vient entre
hôpital et communauté. Merci au frère René qui m'accompagne à chaque fois et qui doit parfois passer 4 à 5 heures en train d'attendre, ce qui ne doit pas être évident pour lui. Il le fait avec une disponibilité et un amour formidables. Avec les autres confrères, je découvre Johannesburg, Prétoria, bref différents endroits pour soit des confessions, soit célébrer une messe, soit concélébrer, soit une animation vocationnelle, soit une animation avec les jeunes, soit une rencontre avec un groupe catholique quelconque, etc. Vendredi 21/10, suite aux douleurs du dos et de la hanche, j'ai raté l'opportunité d'un témoignage sur la mission en terre musulmane, témoignage faisant suite au dimanche des missions. Jean_Paul II à JohannesburgUne occasion ratée d'insister une fois de plus que Jésus a resumé tous les commandements en un seul : "Aime ton prochain" (cfr Paul et Jean) étant donné qu'en aimant son prochain qu'on voit, on aime Dieu qu'on ne voit pas. (Le réalisme de l'amour). Voilà, toute l''essence, le bien fondé de la mission en terre musulmane: Une présence active qui interroge et se laisse interroger, qui est signe de curiosité et d'incompréhension. Un témoignage de vie en solidarité, hospitalité, compassion et prière couronnée dans la célébration du mystère de notre foi. Présence et témoignage enraciné dans l'amour gratuit et donné en signe d'amitié et louange au Père que nous appelons Dieu et que nos frères et soeurs Musulmans appellent "Allah". (Illustration : Jean-Paul II dans la cathédrale de Johannesburg)

Je vis dans l'espérance de la guérison.

D'ici trois semaines j'espère rentrer à Lubumbashi pour enfin envisager un saut sur Sola voir maman, un saut pour voir mon provincial de PAC et enfin le grand voyage dans ma terre de mission Algérie avant la date de l'expiration de mon récépissé (tenant lieu de la carte de séjour), le 20/12/2011.

Je ne serai de retour pour le contrôle médical en Afrique du Sud que 3 à 4 mois après. 

Un très grand merci pour vos soutiens et prières, vos téléphones, votre amitié, etc. J'en suis reconnaissant. 

De tout coeur,

P. M. Mukwanga Norbert